Et vous alors c’est pour quand?

Et vous alors c’est pour quand? Et alors toujours pas de bébé? Aaaah enfin le mariage, bientôt le bébé alors?! Oh oh faudrait penser à vous y mettre, l’horloge tourne! Bah alors tu as rien a nous annoncer? Oh oh pas d’alcool, on doit voir un message derrière tout ça ?! Et du coup vous essayez de nous faire un petit vous enfin?!

Et si on arrêtait de poser ces questions, qui en plus d’être très privées, personnelles et intimes, peuvent être douloureuses?

Lorsque vous avez envie de poser cette question, arrêtez vous, réfléchissez, et pensez que la personne en face de vous :

  • Essaie peut-être depuis des mois, des années, d’avoir cette enfant tant désiré. Peut-être qu’elle est actuellement en parcours PMA? Peut être qu’elle vient d’apprendre que sa dernière FIV prise en charge par la SS n’a pas fonctionné… Peut-être vient-on de lui apprendre que ses problèmes médicaux, ou ceux de son homme, sont trop importants, et qu’elle ne portera jamais d’enfant. Peut-être que cette question, la question de trop, la fera pleurer toute la soirée, la nuit, et que dans quelques jours, semaines, elle y pensera encore, et que ça lui serrera toujours le cœur…
  • A peut-être fait une fausse-couche, la première ou la dixième. Peut-être qu’elle fait partie de ses femmes qui n’arrivent pas à mener à terme une grossesse. Peut-être qu’elle a appris hier que le cœur de l’enfant qu’elle pensait en bonne santé ne battait plus, et qu’elle attend pour un curetage, le ventre encore plein, plein de rien, plein de tout, et le cœur saccagé, détruit…Votre phrase, votre remarque, votre question, lui signifiera une fois de plus que son corps lui a fait défaut. Un coup de poignard supplémentaire, un coup de plus rajouté à ceux que le sort lui a déjà assené.
  • A peut-être perdue un enfant, peut-être qu’au-dessus d’elle plane un ange, un bébé papillon, un petit qu’elle a porté, aimé, chéri, attendu, et qui n’est jamais venu remplir ce lit qui l’attendait. Un enfant qu’elle a senti bouger, dont elle a entendu le cœur battre, pour qui elle avait choisi un prénom, imaginé un visage, mais qu’elle n’a jamais bercé…Et quand elle entendra votre question, elle ne repensera qu’à ça, à l’annonce des médecins, au jour où tout a basculé, à l’horreur, à la douleur, à la souffrance…
  • Ne veut simplement pas d’enfant. Elle a réfléchi, s’est posé la question, s’est demandé pourquoi, ou pourquoi pas, et a conclu que non, vraiment, ce n’était pas pour elle. Qu’elle ne voulait pas des contraintes que la vie de famille imposait, que sa vie était assez pleine et qu’elle ne voulait pas d’enfants pour la remplir encore plus. Elle y a certainement plus réfléchi que vous, et surtout elle n’a pas à vous l’expliquer, à se justifier. On ne demande pas aux femmes enceintes pourquoi elles ont décidé d’avoir un enfant, alors pourquoi il serait normal de demander le contraire ?
  • Peut-être qu’elle veut attendre, peut-être que sa carrière, sa vie personnelle, des envies de voyage, d’autres projets sont pour elle une priorité plus importante que celle d’avoir des enfants. Et ça ce n’est à personne d’autre qu’elle de décider si c’est un choix réfléchi ou non. Nous savons toutes et tous que la fertilité décroît avec l’âge, que faire un enfant à 20 ou à 40 ans n’implique pas les mêmes choses, les mêmes complications. Alors ne lui rappelez pas ce qu’elle sait déjà, respectez son choix, c’est tout ce qu’on vous demande. D’autant que votre avis, ça ne sera pas la première fois qu’elle l’entend, alors gardez-le pour vous, ça fera gagner du temps à tout le monde.

Si les gens ont envie de vous parler de leur problème de procréation, ou au contraire de leur envie d’avoir un enfant, ils le feront. Ne soyez pas impoli, insistant, ou même juste curieux. Vos questions peuvent être bien trop intrusives, blessantes ou gênantes.
Si vous le faites quand même, ne vous étonnez pas de recevoir à votre tour une réponse blessante, intrusive voir désagréable.
Pensez à tourner votre langue dans votre bouche. À l’heure de l’éducation bienveillante, et si vous pensiez à être bienveillant tout court. Que ça soit envers vos collègues, vos amis, ou vos connaissances.
Soyez juste humains, respectueux des désirs, et souffrances des autres.
Quant à vous qui en avez marre d’entendre cette fameuse question, la prochaine fois que Tonton Roger vous demandera si vous vous êtes enfin décidée, demandez lui de quand date son dernier contrôle de la prostate, pour Tata Germaine vous pouvez lui demander si sa mammographie s’est bien passée, ou si elle n’a pas de problème de descente d’organes…Parfois ça fait du bien de s’abaisser à leur niveau !

angoisse21
Illustration « Rose Layette »
Publicités

8 commentaires sur « Et vous alors c’est pour quand? »

  1. Cela faisait 13 ans que l’on était ensemble avec mon mari quand je suis tombée enceinte de H., et 3 ans de mariage, alors autant te dire qu’on a eu souvent ce genre de questions ! Quand ce n’est pas le moment pour nous, c’est juste agaçant, et pendant la PMA, c’est douloureux … 😞 Et puis les gens ne s’arrêtent pas après le premier enfant, ils continuent ! 😉
    Bref, encore un article très juste de ta part …

    Aimé par 1 personne

  2. tout est dit ! Et puis après le premier ça y est j’ai déjà eu droit au « alors le ptit deuxième vous y pensez ? »
    Ben non, c’est interdit de ne pas vouloir faire d’autres enfants ???
    (en plus je ne parle même pas du fait de ne pas avoir envie de retourner galérer et souffrir en pma)
    bises !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s