A toi cette maman de prématurés…

A toi cette jeune maman,

A toi qui avait tout imaginé, jusqu’à la couleur de ses yeux, sauf ça …

A toi qui parle a ce nouveau né derrière cette coque en plastique,

A toi qui ne respire vraiment plus vraiment, a toi qui ne vit plus vraiment…

A toi qui ne sait plus vraiment ce qui te tiens encore debout,

A toi qui ne sait plus comment être, si tu es vraiment la mère de ce tout petit,

A toi qui ne sait plus vraiment si tu es devenue mère

A toi qui touche encore ton ventre, à la recherche de cet arrondi qui a disparu, trop tôt, trop vite…

A toi qui fait des allers retours incessants pour retrouver ton tout petit, à l’autre bout de la ville, du département ou plus loin encore…

A toi qui te demande comment tout combiner, les ainés à la maison, le dernier en néonat…
A toi qui te demande ce que tu peux faire pour qu’il aille mieux, pour l’aider

A toi qui t’en veux tellement de ne pas pouvoir faire plus
A toi qui mouille tes draps de larmes d’angoisse…
A toi qui connait par coeur les bips de ces machines, qui sait reconnaitre ceux qui font peur…

A toi qui te demande comment, et quand tu te relèvera de cette terrible épreuve que la vie t’inflige…
A toi qui te demande si tu peux toujours rêver d’un avenir serein pour cette enfant…

A toi qui regarde ce tout petit, comme un oisillon tombé du nid,

A toi qui a l’impression que de ne plus avancer, que chaque pas en avant en entraine 2 en arrière…
A toi qui ne sait plus,

A toi que j’étais il y a plus d’un an…j’ai envie de dire que la force de ces enfants est impressionnantes, qu’ils se battent chaque jour plus qu’on ne pourrait l’imaginer. J’ai envie de te dire combien le parcours est difficile, mais surtout comme il entraine force, respect, et humilité. J’ai envie de te dire que le jour où tu sortira de ce service, ton tout petit dans les bras, tu en sortira grandi, reconnaissant, fier, et heureux. J’ai envie de te dire que ce parcours est en dent de scie, mais que les moments de bas ne doivent pas te faire oublier les moments en haut…J’ai envie de te dire de croire en cet enfant….de croire en toi.

J’ai été cette mère là…

prematures.jpg

Pour rappel :

L’association PréMayotte, que j’ai monté pour aider le service de néonatalogie de Mayotte a toujours besoin de vous !
Vous pouvez continuer de nous envoyer les bodys et pyjama en taille préma, des produits pour le bain des bébés, des sorties de bain…
Vous pouvez faire un don sur la cagnotte  en ligne!
Vous pouvez partager nos actions, et les suivre sur la page Facebook !

Publicités

14 commentaires sur « A toi cette maman de prématurés… »

  1. Je n’ai pas connu ce passage (par chance), mais j’ai eu des accouchements difficiles, le deuxième s’étant terminé avec 24 heures de néonat’ pour mon fils où je n’ai pas pu le voir (étant moi-même en réa) et c’était l’enfer… Je n’ose imaginer si cela avait duré plusieurs semaines ou plusieurs mois… Magnifique texte , très touchant en tout cas…

    Aimé par 1 personne

  2. Que de souvenirs.. J’ai mis du temps à ne plus les entendre tous ces bips durant mon sommeil, j’ai mis du temps à accepter de mettre mon téléphone en silencieux la nuit car bébé était auprès de nous, il allait bien, aucun risque que l’hôpital nous réveille. J’ai mis du temps avant d’annoncer la naissance de notre fille née à 27sa+2, hey oui qui aurait pu affirmer à ce moment là si demain elle serait encore parmi nous?.. J’ai mis du temps à réaliser que j’étais devenue maman, que je ne ressentirai plus ces petits coups en moi mais que je pouvais désormais les embrasser. J’ai mis du temps à faire le deuil d’une naissance « normale » où après 3 jours nous rentrons ensemble à la maison.. J’aurais besoin de beaucoup de temps pour que cette culpabilité de n’avoir pu mener mes grossesse à terme s’atténue enfin.. E. né à 33sa, T. née à 27sa+2.. 22 mois et 13.5 mois. J’ai besoin de peu de temps pour comprendre que vous étiez de vrais guerriers ❤
    Merci pour ce post vraiment ❤

    Aimé par 1 personne

  3. Oh ce texte me remet les larmes aux yeux, à moi maman de deux petits premas. J’aurai pu les écrire ces mots, tellement ils expriment ce que nous avons vécu.
    Même si je suis si fière d’eux, de leur courage, arrive t’on un jour à ne plus culpabiliser de ne pas avoir réussi à les protéger?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s