Sèche tes larmes mon bébé…

Sèche tes larmes mon bébé, calme cette colère qui ronge ton ventre, apaise ton regard énervé, détend ton petit front mon chaton. Je vois bien que t’essaies de m’expliquer que j’fais que d’t’énerver à te contredire sans cesse, à t’interdire toujours tout, à toujours crier, que la vie c’est vraiment trop injuste, que toi c’que tu veux c’est juste pouvoir tout faire, tout le temps. T’es peut être juste très fatigué, mais parfois j’ai l’impression que c’est un peu plus que ça. Lire la suite de « Sèche tes larmes mon bébé… »

Publicités

On a attendu que…

Aujourd’hui on est là. On a attendu que vous veniez vous loger au creux de mon ventre, puis on a attendu que vous veniez au monde, on a attendu que vous sachiez respirer, on a attendu que vous sachiez téter, on a attendu que vous soyez opérés, on a attendu que vous soyez à la maison, enfin. On a attendu que vous fassiez vos nuits. On a attendu que vous fassiez vos dents. On a attendu que vous mangiez à la cuillère. On a attendu que vous vous retourniez. On a attendu que vous marchiez à 4 pattes. On a attendu que vous fassiez vos premiers pas. On a attendu que vous disiez vos premiers mots, et puis tout ceux qui ont suivi. On a attendu que vous soyez propres. On a attendu que vous fassiez votre première rentrée. On a attendu que…ça soit plus facile. Lire la suite de « On a attendu que… »

Et puis un jour…

Et puis un jour, vous avez débarqués dans nos vies. Un jour on a dû tout remettre en question, tout réorganiser, tout repenser. Un monde entier à changer, pour que vous puissiez y être au centre. Une famille à créer, un univers à modifier.
Comme une boule d’amour, d’énergie, de tendresse, d’innocence, vous avez envahie notre quotidien, nos vies, nos cœurs.

Depuis que je suis votre maman, je me surprends parfois à arrêter ce que je fais pour vous regarder, à rester là dans un coin à vous observer, comme si à cet instant là le monde pouvait s’arrêter de tourner, juste quelques instants ; comme si à cet instant précis vous arrêtiez pendant quelques minutes de grandir aussi vite ; comme si cet instant restait suspendu.
Ca arrive parfois quand je vous observe jouer, quand je vois naître cette complicité fraternelle, la seule qui ne trahit jamais, la seule qui résiste aux aléas de la vie. Ca arrive quand je vous vois rire, ensemble ou séparément. Ca arrive quand je vous vois jouer aux grands. Ca arrive quand je vous vois concentrer, jouer au milieu de voitures, de dragons, vous raconter vos histoires de pompier, et de bébé qui dort.
Ca arrive même le soir, quand je vous regarde dormir, vos petites bouches entrouvertes, vos doudous éloignés, vos visages si paisibles.

heart-762564_1920.jpg

Dans chacun de ces moments, le temps est comme suspendu. Comme si soudain, nous n’étions plus que nous. Dans ces moments là, je me sens submergée d’amour. De cet amour indescriptible, celui d’une mère. De cet amour qui ne aucun autre sentiment. De cet amour inébranlable, toujours plus fort. De cet amour qui traversera les tempêtes, les mauvaises rencontres, et tout ce que le hasard mettra sur notre chemin.

bn