Sèche tes larmes mon bébé…

Sèche tes larmes mon bébé, calme cette colère qui ronge ton ventre, apaise ton regard énervé, détend ton petit front mon chaton. Je vois bien que t’essaies de m’expliquer que j’fais que d’t’énerver à te contredire sans cesse, à t’interdire toujours tout, à toujours crier, que la vie c’est vraiment trop injuste, que toi c’que tu veux c’est juste pouvoir tout faire, tout le temps. T’es peut être juste très fatigué, mais parfois j’ai l’impression que c’est un peu plus que ça.

J’le vois bien que t’as qu’une envie, me coller, m’agripper, te serrer dans mon cou, alors que je suis pas toujours disponible, parce que vous êtes deux mon tout petit. Tu me partages depuis le début, depuis toujours, depuis le commencement. Je sais que c’est pas facile pour toi, ça ne l’est pas toujours pour moi non plus tu sais. J’aimerai te donner tout ce que tu mérites, tout ce que tu attends, tout ce que tu espères. Ca me fait mal en dedans de pas pouvoir toujours te satisfaire, ça me fait mal de devoir parfois te dire non quand tu ne veux qu’un câlin. Mais mes bras n’ont pas grandis aussi vite que vous mon petit, je ne peux plus vous porter tout les deux comme quand vous étiez tout petits. Mon petit ouistiti.

Tu sais parfois ça me fait flipper de te regarder. De me dire que tu comptes autant sur moi pour avancer, de me dire que je suis ton foyer, ta bouée de sauvetage, ton ancre et ta sécurité. Et peut être un peu ta personne préférée…
Je le savais qu’avoir des enfants c’était une grosse responsabilité, mais on ne sait jamais ce que ce mot veux dire tant qu’on ne vous a pas tenu dans nos bras pour la toute première fois. Je ne savais pas à quel point te voir souffrir allait me bouleverser, combien tes larmes allaient faire couler les miennes, comme ta colère serait dû à entendre, combien tes inquiétudes seraient difficiles à calmer, combien tes émotions seraient difficiles à canaliser. Je ne savais pas à quel point combien ton bonheur serait mon unique moteur, ton épanouissement ma drogue…

Je voudrais que tu sois heureux tout le temps. Je voudrais ne jamais crier. Je voudrais ne jamais me fâcher. Je voudrais sauter dans les flaques avec toi tout les jours, lécher le plat du gâteau au chocolat, et même faire de la balançoire, mais promis mon petit, pas trop haut sinon ça fait peur. Je voudrais que ta vie se soit ça, que ça. Des tas de petits bonheurs mis bout à bout, d’éclat de joie, de rire qui monte, et de de câlins qui font du bien.
Mais tu sais mon bébé, ce qui fait qu’on aime le soleil, ce sont les orages, les nuages, et même les tempêtes. Ca me fait mal au bide de te dire ça, mais maintenant que tu as appris à marcher, il va falloir apprendre à tomber, mais surtout à te relever. Parce que c’est ça aussi la vie. Ce sont les interdits, les gens pas toujours gentils, et les gros nuages gris. Tu vas être déçu, trahi. On va profiter de ta douceur, de ta gentille, se moquer d’elles même parfois. Mais tu te relèveras. Et je serais là. Parce qu’une maman tu sais, c’est mieux qu’un doudou chien, ça gronde, ça puni, ça met des règles, mais c’est là. Pour toujours. Pour toi. Pour te relever, pour t’écouter, te cajoler, te voir partir, puis revenir.

T’aimer. 

 

Grande Applique Murale Fronton Style Arbre de Vie Décoratif à Fixer en Fer Patiné Marron-Noir 1,5x95x95cm

Publicités

Un commentaire sur « Sèche tes larmes mon bébé… »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s