Ne grandis pas…C’est un piège j’te dis.

{Kuf, kuf…*Tousse*…C’est moi ou ça sent la poussière par ici? Ca faisait longtemps que je n’avais pas pris le temps de vous gribouiller quelques mots par ici…désolée}


J’dois pas vraiment être la seule à me dire que l’innocence de l’enfance manque parfois….j’dois pas vraiment être la seule à me dire qu’avant c’était mieux avant.
Quand notre plus grand problème était de savoir si le T-shirt Minnie serait propre d’ici qu’on verrait notre copine Marion, pour frimer un peu…

J’dois pas être la seule parfois à me dire que malgré les bonheurs que l’on découvre,
l’âge adulte c’est un piège aussi…

J’dois pas être la seule à être toujours débordée, à plus trop savoir comment commencer la journée, et avoir la sensation de ne jamais vraiment y arriver…
J’dois pas être la seule à avoir la tête qui bouillonne de projets, d’envie, mais de manquer toujours et encore de temps pour les réaliser…
J’dois pas être la seule à me dire que je me couche beaucoup trop tard, ou que je me lève beaucoup trop tôt…mais à être toujours fatiguée peu importe le nombre d’heures passées à dormir.
J’dois pas être la seule à passer ma soirée écroulée sur le canapé plutôt que d’avancer dans ces projets qui grandissent dans ma tête, mais qui ne verront peut-être le jour qu’à l’âge de ma retraite…
J’dois pas être la seule à manquer de temps, d’énergie….
J’dois pas être la seule à regretter d’avoir voulu grandir si vite, d’avoir compter les années qui me séparaient d’être enfin cette grande que j’imaginais…Mais tu veux que je te dise un secret? C’est un piège tout ça.

J’avais tellement hâte de pouvoir choisir mes habits, faire autant de shopping que je voulais, porter des hauts talons, et du rouge à lèvres…Mais j’ai aussi découvert que l’argent est beaucoup plus vite dépensé que gagner, les séances shopping de Carie Bradshaw sont pas les miennes….

carrie-bradshaw-dressing
J’avais hâte de choisir les menus du repas, d’avoir un amoureux, des enfants, et de conduire ma voiture…et c’est vrai qu’on s’y habitue vite à ces bonheurs là.

L’âge adulte c’est plus difficile, plus compliqué, qu’un épisode de Friends. Il y a beaucoup plus de soucis, d’inquiétudes, que de fêtes entre amis. D’ailleurs y’a beaucoup plus de tout ça que d’amis…parce que les copains sont partis au fil du temps, quand tu découvrais les aléas de la vie, les emmerdes.

Mais les rares qui sont toujours là, ils valent de l’or ceux là…

Me voilà adulte. Enfin, selon la définition que je me faisais à 6 ans.

Adieu liberté, spontanéité, et innocence.

 

Esclave de la routine. Encore un coup d’aspirateur à passer, une machine à faire tourner, une autre à repasser. Encore un rendez-vous à prendre, toujours les mêmes à honorer. Encore un repas à préparer, un frigo à remplir.

Jamais content,  toujours pressé de passer à l’étape d’après…Sans avoir vraiment le temps de savourer l’instant présent.
J’ai l’impression que la vraie liberté serait de retourner à mes 6 ans, de courir dans le jardin, ramasser les gendarmes, faire un tour de balançoire, en grondant ma poupée.
La vraie liberté ça serait de pouvoir arrêter le temps, pouvoir profiter de mes enfants, au lieu de regarder chaque minute ma montre pour tenir un planning, ne pas être en retard…

La vraie liberté serait de pouvoir donner mon temps à mes enfants, à ceux que j’aime,
à ceux qui en ont besoin.

La vraie liberté, serait de pouvoir ralentir cette vie.

Et maintenant, que je peux porter des talons hauts, du rouge à lèvres, que j’ai des enfants et un amoureux, je me demande comment en profiter, comment la savourer.

 

prendreletemps.png

Comme un ouragan…

Comme un ouragan d’émotion, de bonheur, d’angoisse, d’inquiétude, d’amour…Un peu plus de 13 mois que je réfléchis à ce que « devenir mère » veut dire…C’est cette phrase qui est ressortie de ma longue réflexion.

Un ouragan…qui balaie tout sur son passage. Vos certitudes, vos croyances, vos piliers. Un ouragan dans lequel je ne suis plus vraiment moi, pas vraiment une autre, pas celle que j’étais avant, pas celle que je pensais devenir. Une autre femme, une autre épouse, une autre fille, une autre sœur…une maman. Lire la suite de « Comme un ouragan… »

On ne naît pas…

On ne naît pas femme, on le devient…

Mais comment tu vas le devenir ma toute petite…comment je peux t’aider à le devenir, dans ce monde où la place de la femme est toujours un peu bancale. Où chaque jour le statut de la femme est remis en question. Où chaque jour des femmes sont battues, maltraitées, rabaissées, mutilées, juste parce qu’elles sont nées avec le mauvais chromosome. Où les femmes sont moins Lire la suite de « On ne naît pas… »