Dis maman pourquoi tu écris?

Dis maman pourquoi tu écris?
Pourquoi tu gribouilles des pages de cahier, des pages sur ce blog, et des pages Word?

J’écris pour vous mes petits…Puis parce que la vie c’est un roman, mais tu sais de la collection que votre tonton lisait quand il était plus jeune, celui dont on est le héros…

hearts-1873486_1920.jpg

Je pourrais noircir des pages de vos éclats de rire, de vos plus grands progrès, de vos premiers pas, repas, et même de vos « veux pas! »
Je pourrais noircir des pages de votre amour, de vos petits bras tendus, de vos câlins, de votre tendresse, et de vos doux bisous…
Je pourrais noircir des pages du bonheur de vous avoir dans nos vies.

Lire la suite de « Dis maman pourquoi tu écris? »

A cet enfant exceptionnel…

Pour cet enfant exceptionnel, celui qui ne comprend pas trop pourquoi il l’est, et à celui qui l’a bien trop compris…
À ces parents qui se demandent parfois comment la vie serait si c’était différent, s’ils étaient de l’autre côté…puis qui regrettent aussitôt de l’avoir pensé.
À cette AVS qui sacrifie un peu de son temps libre pour un sourire, une réussite de plus, un pas en avant…
À cette maîtresse qui veut aider, améliorer, porter l’enfant dans cette différence…
À cet enfant innocent qui ne la voit pas, qui voit juste un copain avec qui jouer…
Aux parents de cet enfant innocent qui l’éduquent dans le respect, la bienveillance et la tolérance…
À cette assistante maternelle présente dans chacun de ses progrès, à celle qui soulage les parents, à celle qui sait prendre soin…
À cette kinésithérapeute, cette psychomotricienne, cette orthophoniste ou encore ce médecin, qui savez être plus que ça. Qui êtes un soutien, un espoir, un renfort…
À cette marque de jouets, de vêtements, qui avez compris des besoins et qui avez su y répondre. Pour le commerce peut-être, mais le confort, l’éveil, et l’égalité aussi.
À vous tous qui rendez le quotidien de ces enfants, et de leurs parents un peu moins difficile….
merci
Et à tous les autres…je ne vous dirais pas que la vie tourne, et qu’un jour vous comprendrez. Je vous dirais simplement quel bonheur vous manquez, en vous privant de ces enfants là…